La condensation : causes, risques et traitements

Un phénomène trop fréquent

Fenêtre embuée et humidité

Plus de 25% des logements sont sujets à la condensation. Or, ce problème est encore trop souvent pris à la légère.

Pourtant, il comporte des risques à la fois pour votre santé et votre bâtiment. Il nécessite donc des mesures spécifiques, que vous retrouverez ci-dessous.



 

Qu’est-ce que la condensation ?

La condensation est un phénomène assez courant. Il se produit lorsque l’eau, encore à l’état de vapeur dans l’air ambiant, entre en contact avec une surface froide : elle prend alors l’aspect liquide. C’est ainsi que l’on peut retrouver de petites gouttes sur les miroirs ou sur les vitres.

Pour que la condensation ait lieu, il faut donc un certain taux d’humidité dans l’air et des écarts de température. C’est pourquoi elle survient majoritairement en hiver, ou lorsque la maison manque d’aération ou de chauffage.

Si ces signes sont présents dans votre bâtiment de manière occasionnelle et légère, ils ne doivent pas forcément vous alerter. Il en va de même si la condensation a lieu à l’extérieur des vitrages.

Par contre, une condensation fréquente, à l’intérieur, accompagnée de taches noires ou de peinture écaillée doit être prise au sérieux. Elle indique un trop-plein d’humidité ou un excès de vapeur d’eau.

 

Quels sont les risques ?

Non traitée, la condensation peut engendrer de nombreux désagréments :

  • des moisissures, par exemple dans les coins de vos fenêtres ;
  • des champignons et acariens ;
  • de mauvaises odeurs.

Ceux-ci pourront comporter des risques pour la santé, dont les plus courants sont les irritations respiratoires. En outre, votre bâtiment pourra lui aussi en souffrir, car les matériaux victimes de la condensation (papiers peints, plaques de plâtre, boiseries…) se dégraderont petit à petit et devront, à terme, être remplacés.

En effet, si au début, la condensation n’est visible que sur les fenêtres, elle peut rapidement se propager à vos murs si elle n’est pas traitée.
 

Quelques astuces

Afin de prévenir la condensation, quelques astuces peuvent être utiles.

  • Ouvrez régulièrement vos rideaux et vos stores.
  • Allumez la hotte chaque fois que vous cuisinez ou faites bouillir de l’eau.
  • Faites un courant d’air dans la salle de bain lorsque vous prenez une douche.
  • Aérez : ouvrez en grand toutes vos fenêtres et portes intérieures, deux fois par jour, pendant 15 minutes.
  • Chauffez suffisamment vos pièces.

Quels traitements envisager ?

Votre habitation est sujette à la condensation ? Sachez qu’un diagnostic et un traitement professionnels sont nécessaires. En effet, l’utilisation d’absorbeurs d’humidité n’est pas une solution suffisante. S’ils réduiront légèrement l’humidité présente dans la pièce, ils n’agiront pas au niveau de l’évacuation de l’air vicié et de son renouvellement. Or, c’est précisément l’apport d’air frais qui est nécessaire pour une maison saine.

Le principal traitement de la condensation, après avoir éliminé les éventuels champignons ou moisissures, est de faire placer une ventilation mécanique. Un expert saura évaluer le type de dispositif à installer (simple ou double flux, local ou centralisé, par insufflation ou par aspiration…) en fonction de vos besoins, de la pièce de destination et de son analyse du taux d’humidité ambiant.

De manière complémentaire, l’isolation des parois froides du logement (murs et fenêtres) peut être améliorée. Cependant, faites attention : les fenêtres isolantes sont également étanches à l’air, ce qui rend indispensable l’installation d’un système de ventilation ou l’intégration d’aérateurs.