Humidité ascensionnelle : causes et traitements

Un phénomène sous-estimé

humidité coin de mur

Le bas des murs de votre maison est taché d’auréoles ? Votre papier peint se décolle ou la peinture s’effrite ? Votre habitation souffre probablement de remontées capillaires.

Ce problème d’humidité est courant mais pas pour autant sans danger. Retrouvez ci-dessous les principales causes de ce phénomène ainsi que des solutions durables pour le traiter.

 

Qu’est-ce que l’humidité ascensionnelle ?

Les remontées capillaires, appelées aussi humidité ascensionnelle, constituent l’une des sources majeures des problèmes d’humidité au sein des bâtiments et des habitations. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une humidité qui remonte du sol vers la partie inférieure des murs. Les parois des murs enterrées dans le sol captent donc l’eau qui remonte par « capillarité » dans les pores de la maçonnerie.
 

De multiples causes

Il n’y a pas de cause unique à la présence de remontées capillaires dans une habitation. Plusieurs éléments, qui parfois s’additionnent, peuvent expliquer les problèmes d’humidité ascensionnelle.

L’absence d’une membrane d’étanchéité

Avant 1980, peu de constructions étaient dotées de protection contre l’humidité extérieure. L’absence d’une membrane hydrofuge ou de matériaux empêchant les parois enterrées d’absorber l’excès d’eau explique en grande partie les problèmes d’humidité ascensionnelle dans les habitations anciennes. Notez que, même installée, cette membrane d’étanchéité peut souffrir de porosité avec le temps et se détériorer, ne jouant dès lors plus son rôle de barrière protectrice.

Des malfaçons lors de la construction

L’humidité ascensionnelle n’est néanmoins pas réservée aux habitations anciennes. Les constructions récentes peuvent elles aussi présenter des problèmes de remontées capillaires si la membrane d’étanchéité a été mal placée ou si cette dernière est abîmée ou perforée. Les matériaux utilisés peuvent également avoir été mal sélectionnés ou devenir poreux. Un mauvais système d’évacuation des eaux de pluie peut également être la cause d’un excès d’humidité.

Des facteurs environnementaux

Le climat, la nature du terrain et la situation du bâtiment doivent également être envisagés. Bâti à proximité d’une zone inondable ou d’une nappe phréatique, il sera plus susceptible de connaitre des problèmes de remontées capillaires. Le passage répété de véhicules lourds près de l’habitation peut aussi créer des fissures ou des tassements dans les parois enterrées.
 

Remontées capillaires : signes et symptômes

L’humidité ascensionnelle peut créer des dégâts à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment. C’est en général en bas des murs (boursouflures, effritement, etc.) que s’observent les premiers signes des remontées capillaires, bien que d’autres éléments puissent vous mettre sur la voie :

  • Salpêtre (dépôt blanchâtre) et moisissures
  • Dégradation du revêtement de sol
  • Papier peint qui se décolle en bas des murs ou peinture qui s’effrite
  • Auréoles
  • Odeur de moisi

Traitements

Les conséquences de l’humidité ascensionnelle sont dangereuses, à la fois pour la santé du bâtiment mais aussi pour celle de ses occupants. La traiter durablement, et non pas seulement masquer ses symptômes, est donc essentiel.

Plusieurs traitements peuvent être envisagés afin de lutter contre les remontées capillaires. La solution doit néanmoins être choisie avec soin et être adaptée à la cause de l’humidité rencontrée au risque d’être non seulement inefficace mais aussi potentiellement dangereuse. Il est donc indispensable de faire appel à des professionnels du secteur qui diagnostiqueront précisément la cause des remontées capillaires et agiront de manière adaptée.

Voici plusieurs options possibles :

  • Injection d’un traitement hydrofuge dans la base des murs touchés : celui-ci forme une barrière d’étanchéité bloquant la migration des remontées capillaires, rendant les parois imperméables.
  • Drainage dans le sol par l’extérieur afin de mieux évacuer les eaux souterraines stagnantes.
  • Installation d’une membrane d’étanchéité si celle-ci est absente ou défectueuse.