Comment éviter les problèmes d’humidité dans une maison ?

Mieux vaut prévenir que guérir

prévention

En Belgique, un cinquième des logements seraient touchés par des problèmes d’humidité. Ceux-ci sont à l’origine de nombreuses dégradations sur la construction (moisissures, décollement des revêtements muraux, taches sur les plafonds, etc.), mais sont également néfastes pour la santé de ses habitants.

Traiter ces problèmes au plus vite est donc essentiel, mais les prévenir afin d’éviter leur apparition est encore mieux. Voici quelques conseils afin de vous y aider.

 

Si vous envisagez de faire construire

Sachez que certains problèmes d’humidité trouvent leurs origines lors de la construction du bâtiment, et pourraient donc être évités en amont. C’est notamment le cas pour le temps de séchage des différents matériaux et enduits (plafonnage, chape, etc.) qui n’est souvent pas suffisamment long en raison des délais rapides parfois imposés.

Les fondations doivent également faire l’objet d’une attention particulière, surtout si votre future habitation est située dans un environnement sensible (nappe phréatique à proximité, terrain pentu…). Une imperméabilisation adaptée des parois enterrées, voire un drainage périphérique doivent dans certains cas être envisagés afin d’assurer l’étanchéité des fondations de la construction.

Lors de la conception de votre future habitation, pensez également à prévoir une aération suffisante (naturelle ou VMC) des pièces particulièrement touchées par les problèmes d’humidité, à savoir la cave et les pièces humides comme la cuisine ou la salle de bain.

Enfin, l’isolation de la construction doit également être bien pensée, non seulement pour des raisons environnementales et économiques, mais aussi afin d’éviter la présence de ponts thermiques susceptibles de causer des problèmes d’humidité. Attention cependant, une pièce « trop bien » isolée empêchera une circulation suffisante de l’air ambiant, ce qui peut causer l’apparition de moisissures.

 

Dans une habitation existante

Contrôlez le taux d’humidité

Si vous habitez une maison construite il y a plusieurs années, il est fort probable que vous soyez confrontés à des problèmes d’humidité, que ce soit sous la forme de condensation, de remontées capillaires ou encore de moisissures. Les matériaux et les moyens mis en œuvre pour contrer l’humidité intérieure n’étaient en effet pas aussi développés à cette époque que dans les constructions modernes. Certains moyens existent cependant afin de prévenir un maximum l’apparition d’une humidité excessive. Encore faut-il savoir si votre maison présente un taux d’humidité anormalement élevé.

Un taux d’humidité idéal varie entre 40 et 60%. Au-delà, votre logement est trop humide, et des problèmes finiront par apparaître.  Veillez donc à contrôler cette hygrométrie à l’aide d’un hygromètre afin de pouvoir agir rapidement.

Aérez !

La présence d’humidité dans une maison habitée est normale. En effet, même si votre logement ne présente pas de problèmes structurels pouvant être à l’origine de problèmes d’humidité, chacun de ses habitants produit entre 10 et 15 litres d’eau par jour ! Que ce soit en cuisinant, en se douchant, en faisant sécher du linge ou simplement par la respiration et la transpiration, nous dégageons de l’eau qui s’évapore, et qui stagne à l’intérieur de la pièce si elle n’est pas évacuée.

À l’origine de problèmes de condensation, ce phénomène peut facilement être résolu grâce à une aération suffisante de la maison. Été comme hiver, veillez donc à bien ventiler votre habitation en ouvrant régulièrement les fenêtres, en particulier dans les pièces comme la cuisine, la salle de bain ou la buanderie si vous y étendez du linge pour le faire sécher.

Certaines pièces humides ne disposent pas de fenêtres ? Installez-y un déshumidificateur domestique. Ces appareils discrets et silencieux sont très efficaces pour les petits espaces.

Chauffez suffisamment

Pour des raisons écologiques et économiques, il est conseillé de baisser la température de son thermostat durant la nuit, ou durant une absence plus ou moins prolongée. Néanmoins, veillez à maintenir une chaleur suffisante (pas moins de 15°C) durant l’hiver afin de lutter contre l’humidité qui aura tendance à s’installer, en particulier sur les fenêtres, en l’absence de chauffage.

Laissez circuler l’air

De l’air enfermé crée de l’humidité qui ne peut s’évacuer. N’hésitez donc pas à ouvrir les portes intérieures régulièrement afin de permettre la ventilation de l’air, même au sein des pièces inoccupées.

Evitez aussi de coller votre mobilier aux murs. Laissez-y un espace de quelques centimètres afin de favoriser la circulation de l’air. Vous empêcherez ainsi l’humidité de se développer sur vos murs.